L'ouvrage reçoit le Prix Hugo du meilleur roman court, attribué de façon rétrospective en 1996. • Sage l'Ancien (dans la traduction Queval, Old Major en anglais) – Un verrat âgé (de race Middle White (en)) qui suscite la rébellion. Bernard Crick l'a publiée dans l'édition italienne de La fattoria degli animali précédée d'une « Introduzione all'introduzione que Orwell soppresse alla Animal Farm », Arnoldo Mondadori Editore, collection « Oscar » 102, 1973[6]. Napoléon s’est peu à peu constitué une garde. Sage l'Ancien décrit alors leur sort : les animaux mènent une vie laborieuse, courte et tragique, sans qu'il s'agisse d'une loi de la nature. La modification des commandements est révélée par un événement que les animaux ne comprennent pas, hormis Benjamin qui garde le silence: après un énorme fracas à minuit au clair de lune, Brille-Babil est retrouvé inconscient devant les commandements, avec à ses côtés une échelle brisée en deux et un pot de peinture blanche renversée. Durant la période où il rédige la Ferme des animaux, publié en 1945, George Orwell envoie entre 1941 et 1946 seize articles (« Les Lettres de Londres ») à la revue américaine d'inspiration trotskiste Partisan Review[34]. Les événements et les personnages de La Ferme des animaux sont inspirés de l'histoire de l'Union soviétique. Mais les conditions de travail des animaux sont précaires : rations de nourriture bien menues, repos tout juste compensateur, pas de jours fériés ni de repos dominical, même pas de syndicat de vaches laitières ou de canards au col vert. Comme l'indique cet extrait situé en tout début du premier chapitre[8], ce roman commence par un rêve dont le contenu évoque la prise en charge de leur destin par les animaux eux-mêmes ː animés par les idéaux d'un vieux cochon dénommé Sage l'Ancien, ils décident de se révolter contre leur maître, M. Jones, dans l’espoir de mener une vie autonome dans l’égalité, l’entraide et la paix pour tous. C'est à travers de ces livres qui nous le fait montrer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chargés de faire régner l’autorité par la violence et la terreur, ils représentent la police soviétique. Le personnage de Boule de Neige s’inspire de Trotsky. Le brouhaha provoque le réveil du propriétaire de la ferme, M. Jones : croyant à la présence d'un renard en train de rôder, il se met à tirer à l'aveuglette. La Ferme des animaux et ses artistes en décorations. Le moulin est enfin terminé. Il symbolise Staline, dont il partage les traits de caractère. La ferme des animaux. Les rats sont acceptés comme « camarades » à une écrasante majorité. Les moutons de la ferme, manipulés par Brille-Babil qui les avait isolés pendant une semaine, reprennent un des commandements, transformés au seul profit des porcs "Quatre pattes bon !, Deux pattes mieux !". Le 4ème commandement a été modifié : les animaux ne doivent pas dormir dans des lits avec des draps. L'hymne révolutionnaire de la ferme des animaux finit par se répandre dans les fermes des environs par le biais des oiseaux. L’exil de Boule-de-neige est une allusion à l’éviction de, Les exécutions des animaux considérés comme des traîtres et qui avouent des faits probablement inventés correspondent aux grands procès de Moscou de 1929 et. Celui-ci revient avec des complices armés. Celui-ci, pourtant à l'origine de la révolte, est même accusé d'avoir été un espion du fermier Jones. L'intrigue suit ainsi une chatte nommée Miss Bengalore, qui, avec l'aide d'un lapin nommé César et un vieux rat du nom d'Azélar, tente de mener une rébéllion contre le président Silvio, un énorme taureau qui dirige la ferme. L’ennemi est clairement désigné : l'homme doit disparaître du lieu, une cohésion doit se créer entre les bêtes et se renforcer autour de la menace humaine. « Sous la forme d'une allégorie George Orwell dénonce avec force et de manière à peine voilée les dérives du régime instauré par Staline en Union soviétique. Il emploie tour à tour la persuasion ou l’intimidation pour rallier tous les animaux à la cause de leur chef. Le personnage de Sage L’Ancien symbolise l’idéal communiste de Karl Marx et de Lénine, avant que celui-ci ne soit corrompu par des dirigeants sans scrupules. George Orwell, La ferme des animaux. […] Quiconque a vécu quelque temps dans un pays étranger a pu constater que certaines informations, qui auraient normalement dû faire les gros titres, étaient passées sous silence par la presse anglaise, non en vertu d'une intervention du gouvernement, mais parce qu'il y a eu un accord tacite pour considérer qu'il « ne fallait pas » publier de tels faits[4]. À la mort de l’Ancien, Napoléon, Boule de Neige et Brille-Babil, trois cochons, décident de créer un nouvel ordre : l’Animalisme. Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Présentation des personnages > Il maltraitait et négligeait les animaux, oubliant même de les nourrir. Par chance, la révolution a lieu plus tôt et plus facilement qu'espéré : un soir, Mr Jones rentre saoul du bar de la ville et va se coucher directement sans nourrir les bêtes. Une très forte tempête s'abat sur la ferme. Il s'agit d'un apologue écrit sous la forme d'une fable animalière, mais également d'une dystopie. Quatre jeunes gorets commencent à protester mais se taisent quand les chiens se mettent à grogner. Celui-ci est intitulé Bêtes d'Angleterre (établi sur l'air de La Cucaracha[9]). Bien que la première édition ait prévu cette préface, elle ne fut pas incluse[5]. Ceux-ci sont dès lors modifiés en ce sens : la consommation d'alcool n'est plus interdite, elle doit juste être effectuée sans excès. Mais il finit par s’opposer à ce dernier, qui le chasse sans ménagement de la ferme. Malabar énonce une nouvelle maxime "Napoléon ne se trompe jamais", symbolisant ainsi sa confiance inaliénable dans le nouveau chef. En 1972, le bibliothécaire britannique Ian Angus (en), spécialiste des œuvres de George Orwell a retrouvé le manuscrit de cette préface, intitulée « The Freedom of the Press » et Bernard Crick l'a publiée dans le The Times Literary Supplement du 15 septembre 1972, avec une introduction intitulée « How the essay came to be written »[5]. Ce personnage est inspiré du poète russe Maïakowski. Aucun animal ne boira d'alcool à l'excès ; Orwell, plutôt que critiquer directement Staline et les soviétiques, a préféré transposer la situation dans une ferme, avec des animaux comme principaux acteurs, ce qui lui permet de simplifier l'histoire compliquée de la Russie soviétique. En outre, le corbeau Moïse revient après des années d'absence. On découvre que le lait disparu a été bu par les cochons. Napoléon, catégoriquement opposé à ce projet qu'il juge inutile, tente de rallier les animaux à sa cause face à son adversaire Boule de Neige, en scandant le slogan : « Votez pour Napoléon et la mangeoire sera pleine ! ... du mythe de l’ouvrier exemplaire à lapersonne de Staline. Il s’est imposé comme un leader aussitôt la ferme débarrassée du joug des humains. Napoléon et ses amis évoluent physiquement. Benjamin, lui, reste le même, et bien qu'on lui demande si la vie n'est pas mieux depuis l'expulsion de Jones, Benjamin prétexte que leur vie restera toujours la même et reste neutre quant au conflit entre Boule de Neige et Napoléon. Si les autres animaux avaient eu alors la bonne idée d’y mettre le holà, tout se serait bien passé. Les animaux découvrent que leur moulin, construit sous la « direction éclairée » de Napoléon, a été complètement détruit par les intempéries. par George Orwell. Boule de neige a l'idée de créer un moulin à vent sur la colline pour générer de l'électricité et alléger le travail des animaux. Ils utilisent leur intelligence supérieure pour manipuler les craintes et modifier le passé à leur avantage. C'est aussi un homme engagé, gagné à la cause du prolétariat, qui deviendra un combattant engagé au côté des républicains. Autoproclamé président, Napoléon supervise le travail des animaux et la reconstruction du moulin. Moïse est le symbole de la religion, “l’opium du peuple” qui, selon Karl Marx, dissuade les plus opprimés de se révolter. Biographie de Georges Orwell. ». Trois autres chevaux sont brièvement mentionnés. Les animaux sont surpris quand Napoléon annonce que le moulin contre lequel il s'est montré si hostile sera finalement construit. Avant de mourir, il appelle les animaux … Pourtant le voici le suzerain de tous les animaux. LA FERME DES ANIMAUX (1954) D’après le roman de George ORWELL SYNOPSIS A la Ferme du Manoir, règne Maître Jones, un tyran paresseux, alcoolique et violent. Découpé en dix chapitres, il décrit une ferme dans laquelle les animaux se révoltent, prennent le pouvoir et chassent les hommes. Moïse le corbeau tente de rassurer les animaux en les persuadant de l’existence d’un monde meilleur. - La ferme des animaux, La Ferme des Animaux (George Orwell) : personnages principaux. Les neuf chiens sont aux ordres de Napoléon. Il est de plus en plus difficile de s’adresser à lui. L'auteur signe donc une satire profondément lucide et désabusée appelée à servir de cadre de référence pour la critique des totalitarismes et des sociétés de contrôle », Quentin de Ghellinck, Les droits d'adaptation du roman ont été acquis par la société. Napoléon, qui joue de plus en plus de son image de stratège et d'animal vénérable et vénéré, du moins par ses amis porcs et sa garde canine, entre en relation commerciale avec les fermes voisines pourtant tenues par des humains, en établissant des contacts basés sur les échanges commerciaux. Des animaux vivent dans une ferme de la campagne anglaise, qui jouxte un manoir. Le fermier Jones est le premier propriétaire de la ferme. mouton, chèvre, vache, âne, … Un peu plus tard, son amie l'autre jument, Douce, trouve du sucre et des rubans cachés sous la paille de son box. nécessaire]. Identifiez les personnages principaux de la Ferme des animaux et tapez leurs noms dans les zones de titre sur le côté gauche du graphique. Enfin, afin d'éliminer toute contestation, Napoléon déclare que des traîtres se cachent parmi eux : il les dénonce, prépare un simulacre de procès et fait exécuter par les molosses les cochons qui avaient élevé la voix à sa prise de pouvoir, les poulets de la révolte et trois moutons. Benjamin is essentially selfish, representing a view of human nature that is apolitical and thus can hardly be the voice of Orwell within the book, as some readers hold. ». Deux pattes, non! », — George Orwell, « Lettre à Dwight Macdonald. On peut retrouver dans la ferme des animaux de nombreuses références à la révolution russe et à l’URSS. Le tournant du récit, c’est le moment où les cochons gardent pour eux le lait et les pommes (Kronstadt). M. Whymper est chargé par Napoléon des transactions entre humains et animaux. 6. Les animaux, même Malabar, sont désemparés. Présentation. La bataille de l’Etable a lieu. ». La morale, selon moi, est que les révolutions n’engendrent une amélioration radicale que si les masses sont vigilantes et savent comment virer leurs chefs dès que ceux-ci ont fait leur boulot. Les animaux, ne se souvenant plus de la nuance, émettent des doutes, balayés comme d'habitude par la persuasion de Brille-Babil appuyée par la menace de trois molosses. Les autres animaux acceptent les explications sans rien demander. Cette édition était destinée à des réfugiés ukrainiens vivant dans des camps pour personnes déplacées situés en Allemagne dans les zones d'occupation anglaise et américaine. Un dictateur émerge, chasse son principal rival, puis exécute les « traîtres » pour asseoir son pouvoir de plus en plus hégémonique. Cet épisode fait 9 mortes chez les poules, et une autre cause de leur décès est invoquée. Douce demande alors à Benjamin, plus taciturne que jamais et ayant comme opinion que les déboires et autres sont les lois inviolables et inaltérables de la vie, de lui lire les commandements inscrits sur le mur, mais il lui répond qu'il n'en reste plus qu'un seul : « Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres. Il instaure un culte de la personnalité, maintient ses congénères en état de soumission et les épuise par un travail harassant. Il est une combinaison de Karl Marx et de Lénine, en ce sens que c'est ce personnage qui imagine les principes de la révolution et que sa dépouille sera offerte à la vénération du public Résumé. Le fermier Jones, accompagné de ses voisins Pilkington et Frederick, tous armés, décident donc de récupérer coûte que coûte la ferme dirigée par les animaux. Boule de Neige et Malabar sont décorés pour leur bravoure et le mouton reçoit des funérailles solennelles. « Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l’homme et de l’homme au cochon, et de nouveau du cochon à l’homme ; mais déjà il était impossible de distinguer l’un de l’autre.